le métier d'orthophoniste

L'orthophoniste est un professionnel de la santé qui traite les troubles du langage oral bégaiements, articulation...) ou du langage écrit (dyslexie, dysorthographie). Ainsi le métier d'orthophoniste concerne toutes les fonctions associées à la compréhension, à la réalisation et à l'expression du langage oral et écrit, ainsi que toutes les autres formes de la communication non-verbale

Le saviez-vous ?

Le mot orthophoniste vient du grec : ortho (ὀρθός) signifie droit, correct et phonéo (ϕωνέω) parler. Ethymologiquement, l’orthophoniste est donc celui apprend à bien parler.

On utilise le terme d’orthophoniste en France et au Canada. En Belgique, on parle de logopède et de logopédiste en Suisse. Dans les pays anglo-saxons on parle plutôt de  "speech and language therapist" ou SLT, ou encore "speech and language pathologist" (SLP).

Des patients de tous âges

Mêmes s’ils constituent une grande partie de ses patients, l’orthophoniste ne soigne pas que les enfants : les adultes le consultent aussi pour des pathologies qui relèvent de ses compétences.

Avant toute prise charge par l’orthophoniste, le bilan orthophonique
Avant tout acte de soin, l'orthophoniste effectue un acte de dépistage et d'évaluation qu’on appelle le bilan orthophonique.

Les différents types de bilan orthophonique :

- déglutition et des fonctions oro-myo fonctionnelles
- phonation (voix parlée et chantée)
- langage oral et/ou bilan d’aptitudes à l’acquisition du langage écrit
- langage écrit
- dyscalculie et des troubles du raisonnement logico-mathématique
- troubles d’origine neurologique (aphasie...)
- bégaiement
- troubles du langage dans le cadre des handicaps moteurs, sensoriels ou mentaux (surdité, IMC, autisme, maladies génétiques, …)

Des pathologies multiples et variées prises en charge par l’orthophoniste

Le bilan orthophonique sert à les déceler. Toutes sortes d’affections existent. Elles sont plus ou moins graves et peuvent être accidentelles ou à caractère génétique : difficultés de communication liées à un trouble perceptif (surdité), trouble de la parole ou de la voix, retard d’acquisition du langage oral ou écrit, atteinte neurologique… Une fois le problème diagnostiqué par un médecin, le traitement commence et il est souvent efficace.

Les principaux troubles traités par l’orthophoniste chez les enfants

C’est en général en moyenne section de maternelle que les troubles du langage sont détectés, par la maîtresse, le médecin scolaire ou les parents.

  • Les troubles réversibles dits « fonctionnels », à l’origine d’un retard du langage :

Le simple trouble d’articulation, comme le zozotement, le « cheveu sur la langue ». Il se traduit par la difficulté à prononcer certains sons, comme le « ch » remplacé par le « s » ou le « j » remplacé par le « z ».
En général, ce trouble a pour origine un mauvais positionnement de la langue, il n’est pas grave et peut disparaître tout seul. Une rééducation peut être utile, mais en général vers 4-5 ans. L’idéal est de consulter quand l’enfant est en grande section de maternelle, pour que le problème soit réglé avant son entrée au CP.

Le retard simple de parole
L’enfant manifeste un trouble de l’enchaînement des sons qui va souvent dans le sens d’une simplification du mot. Il garde une bonne structure de phrase mais, à l’intérieur des mots, certains sons ne passent pas très bien. Un mauvais positionnement de la langue ou des lèvres peut expliquer ce retard de parole, que l’orthophoniste peut à aider à disparaître avant le CP.

Le retard simple du langage
En cas de retard simple du langage, la structure de la phrase est altérée. L’ordre des mots n’est pas respecté et, généralement, l’enfant ne fait pas de phrase complexe. Une consultation chez l’orthophoniste dès la moyenne section de maternelle peut être bénéfique, même si ce trouble peut aussi disparaître sans intervention de l’orthophoniste.

Enfant né avec une fente labiale palatine
Egalement connue sous le terme de "bec de lièvre", cette malformation nécessite obligatoirement une rééducation pour que l’enfant sache bien placer sa langue et utiliser correctement tous les muscles de son visage. La prise en charge par l’orthophoniste est souvent longue.

  • Les troubles dits « non fonctionnels » :

Le bégaiement
Il apparaît très souvent vers 3-4 ans et peut très bien disparaître tout seul. Pourtant, il ne faut pas banaliser le bégaiement. Mieux vaut consulter un orthophoniste pour aider son enfant à dépasser ce trouble.
En général, il donne d’abord aux parents des petits conseils qui peuvent suffire à régler le problème. En fonction de l’évolution du bégaiement, l’enfant peut être amené à consulter régulièrement mais, souvent, il ne s’agit pas d’une prise en charge sur du long terme. En France, 650 000 personnes sont affectés par le bégaiement et environ 5% des enfants de 2 à 4 ans souffrent de bégaiement.

Les  "DYS"

Le préfixe "DYS" désigne les difficultés de mise en place et de fonctionnement.

  • "Dysphasie" s'applique au langage.
  • "Dyslexie" s'applique à la lecture.
  • "Dysgraphie" s'applique à l'écriture et au dessin.
  • "Dyspraxie" s'applique au geste, etc…
  • "Dyscalculie" s'applique au calcul etc…

La dysphasie

La dysphasie est un trouble complexe du développement de la communication, qui touche à la fois l’expression et la compréhension. L’enfant n’arrive pas à manipuler le code du langage. Il existe différents types de dysphasie, dont les causes peuvent relever d’un trouble neurologique ou lié au développement.

Les difficultés observées portent sur des aspects complexes :

  • soit de la réception c’est-à-dire de la compréhension du langage
  • soit de la programmation des sons de la langue puis de leur production
  • soit sur la disponibilité des mots ou encore sur leur agencement syntaxique au sein de la phrase.

Pour les enfants atteints de dysphasie, le langage écrit est souvent d'acquisition problématique. De fait, les troubles ont un retentissement constant sur les apprentissages scolaires classiques, puisque le langage est l'outil privilégié de la transmission du savoir à l'école. Ces enfants parlent mal, parlent tard, ont durablement, des difficultés d'expression orale.

Le diagnostic de la dysphasie n’est généralement pas possible avant 5-6 ans. Il peut être suspecté quand l’enfant ne progresse pas, malgré la rééducation du langage qu’il a commencé. Si le diagnostic de dysphasie est posé, la prise en charge de l’enfant par un orthophoniste se fait souvent sur du long terme, avec 2 à 3 séances par semaine sur plusieurs années.

La dyslexie
Plutôt fréquente, lla dyslexie est un trouble de la lecture qui se manifeste en général par des difficultés à apprendre à lire. Les causes sont encore mal connues mais plusieurs hypothèses sont émises, parmi lesquelles une origine neurologique ou une prédisposition génétique.
Quand les enfants ont des problèmes dans l’apprentissage de l’écriture (inversion, confusion de mots…), on parle alors de dysorthographie. Les premiers signes de dyslexie apparaissent le plus souvent au CP, au moment où les enfants apprennent à lire. Mais pas de panique hâtive ! A cet âge, certains bambins confondent encore les sons, c’est pourquoi on ne peut pas établir de diagnostic précis à ce stade. Si les troubles persistent, une visite chez l’orthophoniste est cependant recommandée avant l’entrée en CE1…

Les troubles principalement rencontrés chez les adultes

- les troubles de la voix et de l’articulation, quelle qu’en soit l’origine. Exemple : le bégaiement ou un trouble du langage secondaire à une lésion cérébrale, après un accident vasculaire cérébral (AVC)
- les troubles de la phonation liés à des malformations ORL (fente palatine, etc.) ou à une dysarthrie (trouble de la parole)
- l’apprentissage de la voix œsophagienne suite à un cancer nécessitant une opération. Exemple : suite à une laryngectomie
- les troubles de la déglutition (qui surviennent après un AVC par exemple).


Les domaines d’intervention sont divers et sont en constante évolution. La nomenclature officielle des actes de l’orthophoniste (source Fédération nationale des orthophonistes) énumère l’ensemble des actes réalisés par les orthophonistes.

Les techniques de rééducation utilisées par l'orthophoniste

La rééducation passe par différentes techniques

Les méthodes orthophoniques visant à rééduquer le langage, la parole et la voix sont diverses. Le traitement s’envisage sur la durée, avec des séances régulières. Il s’accompagne d’une prise en charge psychologique, facteur très important pour le bien-être du patient.
Chez l’enfant :

Les techniques utilisées sont multiples et adaptées au cas de chaque enfant : elles dépendent à la fois de la nature de son trouble, du caractère et de la problématique de l'enfant, de ses possibilités intellectuelles, d'où une prise en charge individuelle.

La rééducation peut être assez technique ou davantage orientée vers la P.R.L. (Pédagogie Relationnelle du Langage)

Des exemples de techniques de rééducation utilisées par l'orthophoniste
- Au niveau articulatoire
 
Chaque fois qu'un phonème n'est pas correctement émis, le rééducateur sert de modèle acoustique et articulatoire à l'enfant. Il s'agit de créer de nouveaux automatismes audio-kinesthésiques correspondant à une position organique correcte (le travail devant la glace permettant à l'enfant de la visualiser et d'en prendre conscience).
- Bain de langage
Au moyen de jeux : lotos, mémory, imagiers, lexidata.
- Travail de perception, de discrimination et de mémorisation auditive.
- Au niveau de l'organisation de la pensée :
 Orientation temporelle : apprendre à se repérer dans la journée, la semaine...
Orientation spatiale : compréhension puis verbalisation des notions spatiales. L'enfant doit apprendre à se situer dans l'espace (« je suis derrière la chaise »), à situer les objets entre eux (« le crayon est à gauche de la boîte »), à organiser l'espace feuille.

-L'histoire en images
Elle permet de travailler le raisonnement. L'enfant doit être capable de comprendre le déroulement d'une histoire, d'en ordonner les différentes phrases (ex : tomber, se salir, se laver).
- Exercices de respiration, de motricité bucco-faciale s'il y a une indication thérapeutique.

D'autre part, l'utilisation d'un matériel informel (pâte à modeler, dessin) est primordiale. Elle permet à l'enfant d'exprimer ses sentiments et tensions internes qu'il ressent, d'évoquer un vécu qu'il n'ose dévoiler directement.
A travers tout cela se tisse la dynamique relationnelle entre l'adulte et l'enfant, véritable support de la technique sans laquelle celle-ci ne pourrait passer.

Chez l’adulte,

La rééducation porte sur deux principaux axes :

- Le traitement de l’aphasie, consécutive à des lésions cérébrales, comme un AVC, la maladie d’Alzheimer ou encore la maladie de Parkinson. Dans ce cas, c’est l’hémisphère gauche qui est touché. La rééducation est très intensive à raison de quatre à cinq séances par semaine et ce, durant plusieurs mois. Les méthodes de prise en charge de cette maladie ont beaucoup évolué ces dernières années.

On distingue 3 types d’approches :

- le rétablissement du fonctionnement antérieur en utilisant les techniques de facilitation (exemple : les répétitions) 

- la thérapie mélodique rythmée, qui fait appel aux capacités mélodiques de l’hémisphère droit

- la PACE (Promoting aphasics communicative effectiveness) : le patient apprend à utiliser tous les moyens à sa disposition (gestes, dessins, etc..) pour communiquer. 

- La rééducation de la voix, pour les différents types de dysphonies. Ces techniques font appel à un travail de la maîtrise des techniques vocales, à l’organisation de la commande des muscles de la bouche, ou à la relaxation. Elles sont employées notamment en cas de bégaiement, ou pour l’apprentissage de la voix œsophagienne en cas de laryngectomie.

L'orthophoniste utilise des techniques de rééducation variées et adaptées aux pathologies à traiter (langage, voix, orthographe...) et à l'âge des ses patients.

L'orthophoniste doit faire preuve de patience et de pédagogie pour permettre au patient de compenser ses difficultés.

Les lieux d'activité de l’orthophoniste :
L'orthophoniste exerce son activité soit en libéral (près de 80 % des orthophonistes), soit comme salarié (hôpitaux, cliniques, centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP), centres spécialisés pour l'enfance inadaptée...). Il peut être amené à se déplacer au domicile des patients lorsque leur mobilité est réduite (troubles neurologiques, maladies dégénératives, maladie d'Alzheimer...), il peut intervenir

Une partie des orthophonistes (15 %) a un exercice mixte (temps partiel salarié associé à une activité libérale).

Les partenaires de l’orthophoniste :
Les Orthophonistes se situent au carrefour de plusieurs professions liées à l'éducation, la pédagogie, la santé. Par conséquent, ils fonctionnent généralement en réseau avec différents professionnels avec lesquels ils ont des échanges réguliers, ils participent aussi à des réunions de synthèse pluridisciplinaires. Parmi ces partenaires on peut citer :
- les enseignants et professeurs
- les professionnels des Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) soit les enseignants spécialisés,- éducateurs et psychologues scolaires
- les médecins généralistes, les professionnels de PMI, les Oto-Rhino-Laryngologistes, les Phoniatres
- les psychologues, pédopsychiatres
- les neurologues, neuropédiatres, neuropsychologues
- les psychomotriciens et ergothérapeutes
- les orthoptistes...

L’Orthophonie en chiffres

Au 1er janvier 2017, la DREES dénombre :

- 25 467 orthophonistes en France (20 700 libéraux, 1875 hospitaliers et 2892 autres salariés) dont 768 dans les DOM

- 96,8 % sont des femmes

- parmi les orthophonistes installés à titre libéral, 70 % exercent seuls, 30% en cabinet de groupe

Le mode d'exercice salarié est donc minoritaire et se répartit entre secteur hospitalier public ou privé, centres de santé et établissements pour handicapés. 

La croissance des effectifs est de l’ordre de 4% par an. L’âge moyen des professionnels est de 43,1 ans. La densité moyenne est de 32 orthophonistes pour 100 000 habitants. (Source : fédération nationale des orthophonistes).

Le tarif des séances d'orthophonie :

Les Orthophonistes sont des professionnels conventionnés, par conséquent leurs tarifs sont fixes. Les dépassements d'honoraires sont rares. Le tarif des bilans et des séances varie selon la cotation des actes (coefficient qui multiplie la valeur de l'AMO (Acte Médical orthophonique)).

Bibliographie :

L'Orthophonie en France, de Jean-Marc Kremer, Emmanuelle Lederle, Que sais-je ? N° 2571 (6ème édition), ISBN : 978-2-13-057672-3 

Le métier d'orthophoniste : Langage, genre et profession - Laurence Tain, Laurence Adelé, Alain Morgon, Claude Dubar - Editions ENSP - ISBN-13: 978-2859529314

L’enfant et la gourmandise des mots – Aventures orthophonniques Jacqueline Maqueda Editions Eres – ISBN - 2865869202

J'ai rendez-vous chez l’orthophoniste, Dolley Marie Agnes, Pocket, ISBN : 2-266-05576-3

Les 500 conseils de l'orthophoniste - Les troubles du langage, Jean-Marc Kremer et Josette Lyon, ISBN : 2-84319-105-X

On me dit de l'emmener chez l'orthophoniste : Est-ce vraiment nécessaire ? - Nadira Anacleto, Sylvie Baussier - Albin Michel - 2006 - ISBN : 978-2226169013

Des sites Internet à consulter :

Le site de la Fédération Nationale des Orthophonistes (FNO) Fédération Nationale des Orthophonistes 145, bd de Magenta – 75010 Paris
http://www.fno.fr  

Le site de la Fédération des Orthophonistes de France (FOF)
http://fof.ees-assurance.fr

Site dédié à la prévention des troubles du langage et l'illétrisme réalisé à l'initiative de la Fédération Nationale des Orthophonistes
http://www.info-langage.org

Lien vers l’Association Avenir Dysphasie France :

http://www.dysphasie.org

 

Pour recevoir une documentation sur la prépa CPES Lyon au concours d'orthophonie

Demande de documentation