Pourquoi intégrer une prépa ?

Ça y est votre décision est prise ? Prêt ou prête à préparer le concours d'entrée en école d'orthophoniste ?

Il y a de nombreuses façons de préparer ce concours et il est vrai qu'il n'est pas facile de choisir la meilleure méthode, celle qui vous permettra de décrocher le précieux césame ....

Faut-il préparer ce concours seul(e) ?

Faut-il préparer le concours d'orthophoniste en parallèle d'études à la fac ? Le passage par une prépa est-il nécessaire ? Et Internet ?

 

Que doit vous apporter une prépa ?

  • Un gain de temps et d'efficacité

La préparation du concours est une course de fond qui ne vous laisse pas de temps pour l'improvisation et la mise au point de méthodes de préparation. Vous n'avez pas de temps à perdre ! Une prépa de qualité est assurée par des professeurs qui connaissent parfaitement les particularités des concours et vous transmettent une méthode de travail qui vous permet de vous organiser dès le début des cours.

  • Des cours ciblés sur les attentes au concours

Les cours doivent être élaborés à partir des annales des sujets au concours et actualisés tous les ans en tenant compte des évolutions observées lors des derniers concours d’entrée en école d’orthophonie et des particularités de chaque école. Pas de digressions inutiles, les cours doivent être « utiles ».

  • Une progression pédagogique qui vous mène étapes après étapes jusqu’au niveau requis par le concours

Le niveau du concours d’entrée en école d’orthophonie est bien supérieur à celui requis pour réussir le baccalauréat. Le timing d’une prépa de qualité ne laisse rien au hasard, il est le fruit à la fois de l’expérience accumulée lors des promotions précédentes et d’une réflexion approfondie sur les objectifs à atteindre et la manière de les atteindre. Dès la rentrée, un calendrier pédagogique vous est fourni qui vous permet de connaitre le déroulement des cours, séances de travaux dirigés, entrainements oraux et évaluations sur toute la durée de la prépa ortho.

  • Une véritable préparation à l’oral

C’est le point faible de nombreuses prépas, car une bonne préparation à l’oral nécessite un accompagnement important après la période des épreuves écrites. La préparation à l’oral est gourmande en heures d'enseignement, requiert des professeurs de haut niveau, connaissant bien les concours et maîtrisant les techniques de l’expression orale, en un mot elle est coûteuse et peu rentable. Une prépa au concours orthophonie de qualité ne doit pas abandonner ses étudiants en rase campagne après la fin des écrits, elle doit assurer la préparation des épreuves orales au minimum jusqu’à la fin juin.

  • Un encadrement

Quand on sort du bac ou de quelques années de fac, on n’a pas forcément l'habitude de maintenir un rythme de travail élevé durant une longue période, sans l’appui d’une équipe d’enseignants attachés à votre réussite. La prépa vous donne un cadre de travail précis avec programme de travail, cours, révisions, exercices d’entrainement, devoirs à rendre, … Une bonne prépa c'est la garantie de ne pas céder à la tentation de vous laisser distraire de votre objectif avant les concours.

  • Un cadre de travail sympa et la synergie du groupe

Eh oui ! Quand on décide de travailler seul, on peut avoir tendance à rester reclus dans son bureau, dans une pièce renfermée,rien de plus déprimant que l'isolement et la solitude ! Alors que au sein d'une prépa, vous travaillez, mais vous voyez aussi du monde, vous vous faites des amis, vous souffrez ensemble, vous vous soutenez et donc c’est un formidable avantage psychologique. L'ambiance en prépa au concours Ortho à CPES LYON est excellente, solidarité, coopération et synergie sont de mise. 

Si vous êtes en reconversion, la prépa est un excellent moyen de se remettre dans le « bain » et de retrouver de bonnes habitudes et méthodes de travail.

  • Un suivi individuel

Dans une prépa ortho de qualité, le nombre d’étudiants par classe est limité à 20-25, ce qui permet à chaque étudiant préparant le concours des écoles d'orthophonie de bénéficier d’un coaching personnalisé de la part de l’équipe pédagogique : point régulier sur les progrès réalisés et les difficultés rencontrées, exercices personnalisés, ….. Tout l’inverse de ce qui passe durant les premières années de fac où, la plupart du temps, l’anonymat et l'indifférence sont la règle et chaque étudiant est laissé à son triste sort !

  • Une « colle » hebdomadaire 

Chaque semaine vous passez une série d’épreuves écrites, dans les conditions du concours. Ce concours blanc hebdomadaire est un véritable « conditionnement » destiné à acquérir des réflexes qui vous mettrons en bonne position le jour du concours et vous aiderons à vous démarquer de vos concurrents.  C’est également une évaluation hebdomadaire qui vous aide à connaître votre niveau, vos progrès et à savoir où faire porter vos efforts.

  • La possibilité de vous classer

Dans une prépa, vous êtes régulièrement classé. C’est un peu dur psychologiquement, mais ça permet de garder les pieds sur terre et d’entrer rapidement dans la logique "pour y arriver je dois être le meilleur" (logique de concours !). Bref , il faut choisir sa prépa orthophonie avec soin !

 

 L’alternative : travailler seul

Travailler tout seul et avoir le concours, c’est possible ? Bien sûr ! Mais ce n’est pas une voie facile. 

Il faut être très rigoureux. Etre seulement rigoureux n’est pas suffisant. L'idéal est de se créer son propre emploi du temps (exemple : se lever tous les jours à 7h pour travailler de 8h à 12h. Reprendre de 14h à 18h, se coucher tôt, se réserver le samedi soir et dimanche matin). 

Quand on sort du bac, on n’a pas eu l’habitude de travailler seul à un rythme intensif et dans la durée. Comment savoir si, seul, on réussira à maintenir le rythme ? Comment savoir si les activités, les amis, la télé, Facebook ne prendront pas le dessus ? Au moins, dans une prépa, on a une pression, impossible alors de céder à d'éventuelles distractions. Pourtant, vous vous dites : Je VEUX avoir ce concours, je suis motivé et je sais que je garderai le droit chemin tout au long de l’année ! Hélas, la préparation du concours est parfois bien aride (ingurgiter des listes de mots, des règles de grammaire  à longueur de journée !). Si on doute de pouvoir tenir le rythme tout seul, il est préférable de faire une prépa.

Ce n'est qu'un exemple, l'important est de trouver ce qui nous convient. 

Bien évidemment, il faut se réserver des pauses ! Il est important de se garder un peu de temps dans l’après-midi, pour souffler ou faire une activité, du sport. Même en mangeant sainement, si on ne bouge pas de la journée, on se ramollit un peu ...  

En fin de semaine, il est bon de s'accorder une respiration du samedi après-midi au dimanche midi. Quelle que soit votre formation, n'oubliez pas cette formidable possibilité : vos amis et votre famille ! Si vous savez vous faire persuasif, ils vous aideront volontiers (dictée, interrogations, préparation à l'oral). 

Quand on décide de travailler seul, il est indispensable de s’inscrire une formation à distance (du type CNED) pour avoir des corrections et de quoi bosser. Un exemple : impossible de travailler le résumé tout seul ! Il faut avoir une correction d'un professeur compétent. Sachez que les corrections venant de bouquins ne sont pas toujours terribles. Et puis l'enseignement à distance ne vous prépare pas à l'oral ....

 

Conclusion

Sans tomber dans les extrêmes, il faut vraiment suivre le programme que l’on s'est dressé, quelle que soit la formation que l'on a choisie. C'est un concours, il faut bosser à fond pour vous donner les moyens ! La prépa ne travaillera pas à votre place. Il faut prendre les devants ! N'oubliez pas de vous accorder des moments de détente dans la journée... et de faire du sport ! Le tout est de bien doser efforts et temps de récupération.

N’oubliez pas qu'une fois le concours en poche, vous oublierez vite à quel point cette année aura été dure et suivrez des études passionnantes avant de découvrir toute la richesse du métier d'orthophoniste.

Demande de documentation